Quelle assurance prendre pour ma trottinette électrique ?

Les trottinettes électriques rassemblent les nouveaux véhicules électriques individuels (NVEI) ou les engins de déplacement personnel motorisés (EPDM).

Leur statut d’engin terrestre motorisé est la raison même pour laquelle elles doivent être assurées. Mais à quel contrat d’assurance souscrire pour sa trottinette électrique ? Trouvez dans cet article, quelques détails sur le type d’assurance adapté pour une trottinette électrique.

A lire également : 10 conseils pour choisir une assurance auto

 Quelle assurance souscrire pour une trottinette électrique ?

La trottinette électrique est classée dans la classe de véhicules terrestres à moteur, quelle que soit la catégorie à laquelle elle appartient (NVEI ou EPDM). Ainsi, et en se référant à l’article L211-1 du Code des assurances, l’assurance trottinette électrique est une obligation.

Le 23 octobre 2019, un décret (2019-1082) est paru au Journal Officiel. Celui-ci stipule que l’assurance NVEI est une obligation pour les trottinettes électriques, skateboards électriques, les gyropodes et les hoverboards.

Lire également : Comment résilier votre assurance auto MAAF

En outre, ces NVEI sont enregistrés par le Code de la route et imposent un respect de celui-ci puis des règles en vigueur, surtout en ce qui concerne l’équipement.

Par ailleurs, la seule assurance que doit avoir une trottinette électrique, ou tout autre véhicule terrestre à moteur, correspond à la garantie responsabilité civile.

Son avantage ? Elle permet, si vous êtes responsable d’un accident de circulation, de dédommager la victime. Cependant, elle n’offre aucun dédommagement pour votre trottinette, même si celle-ci est abîmée.

À savoir, si l’assurance obligatoire pour les trottinettes électriques est la responsabilité civile, celle-ci reste toutefois insuffisante.

Plusieurs compagnies d’assurance proposent de nos jours des garanties complémentaires pour les EDPM ou NVEI. Vous pouvez donc opter pour une garantie vol et/ou une garantie casse.

Combien coûte une assurance trottinette électrique ?

D’abord, vous devez comparer les formules afin de trouver les offres les plus intéressantes. En fait, certaines assurances en ligne offrent des contrats très avantageux.

Parmi celles-ci figure Luko qui couvre les trottinettes électriques, les NVEI et les EDPM à partir de 3,30 € par mois. Pareil pour L’Olivier Assurance qui vous aide à assurer les blessures conducteur, les dégâts matériels, le recours en cas d’accident, la responsabilité civile et la défense pénale à seulement 3,60 € par mois.

Généralement, les assurances de responsabilité civile versées pour couvrir une trottinette électrique ne sont pas trop chères.

Leur tarif est souvent en dessous de 10 € par mois. Après vos comparaisons, contactez la compagnie d’assurance choisie, et souscrivez au moins une assurance au tiers.

Mais vous avez aussi la possibilité de souscrire des contrats un peu plus complets. La plupart de ceux-ci couvrent, en plus de l’assurance au tiers, la protection contre le vol de la trottinette.

Comment bien choisir son assurance trottinette ?

Comme pour une voiture ou pour une moto, il est important de bien comparer les offres, car toutes ne se valent pas. Reste à savoir comment ? Nous allons vous donner quelques clés pour vous permettre de trouver la police d’assurance qui répondra le mieux à vos attentes.

La couverture contre les dommages corporels

Beaucoup de gens pensent que l’assurance responsabilité civile de leur assurance habitation sera capable de les couvrir suffisamment, en cas d’accident avec leur trottinette électrique. En réalité, il faut signaler qu’une assurance responsabilité civile ne vous couvrira pas ou peu, même en cas d’accident impliquant un vélo avec un piéton. Pour savoir si vous êtes couvert, vous devrez vous intéresser à la partie GAV (garantie des accidents de la vie). Il faut, en plus, indiquer qu’en cas de manquement à une règle (rouler de nuit sans lumière ou sans casque) votre assurance ne vous couvrira tout simplement pas. Bref, vous l’avez compris, il est important de bien lire les conditions d’applications pour éviter toutes mauvaises surprises.

Rassurez-vous, lorsque vous souscrivez à une assurance pour votre trottinette, la GAV est inclus dans votre contrat. En revanche, les plafonds et les exclusions diffèrent d’une compagnie à une autre. Nous vous conseillons également de comparer les franchises. Enfin, et pour en finir avec la couverture des dommages corporels, sachez que certaines assurances peuvent vous imposer un entretien régulier de votre trottinette. Pour pouvoir comparer les offres les unes avec les autres, sachez qu’April Moto propose une assurance trottinette avec une GAV présentant un très bon rapport qualité/prix.

Le vol et le vandalisme

Vous le savez très bien, le prix d’une trottinette de qualité dépasse très souvent les 500 euros. Il faut d’ailleurs habituellement compter près de 1000 euros, si vous comptez utiliser votre trottinette tous les jours. Là encore, le niveau de garantie et de protection va varier d’une compagnie à une autre. Il est impératif de bien regarder les franchises, ainsi que les exclusions. Votre assureur pourra, par exemple, vous obliger à utiliser tel ou tel type d’antivol. Il peut aussi refuser de vous couvrir si votre trottinette est volée la nuit dans la rue.

Vous l’avez sans doute remarqué, nous n’avons jamais parlé de tarif, dans le paragraphe. En effet, pour un prix équivalent, les franchises et les garanties peuvent être très différentes. Nous vous conseillons donc de bien réfléchir aux prestations qui vous semblent obligatoires et celles qui le sont moins à vos yeux. Attention également à ne pas être surassuré. Pour cela, n’hésitez pas à lire cet article et à découvrir vite ce qui est obligatoire, de ce qui ne l’est pas.

Quelles sont les garanties proposées par une assurance trottinette électrique ?

Pensez à bien souligner que le montant de la prime d’assurance pour votre trottinette électrique dépendra notamment du profil de l’utilisateur et des garanties choisies. Plus vous souscrirez à des garanties optionnelles ou plus votre usage sera fréquent, plus la prime sera élevée. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à comparer les offres proposées par différents assureurs avant de faire son choix.

N’oubliez pas qu’il est possible d’être assuré pour sa trottinette électrique même si celle-ci n’a pas été achetée dans un magasin spécialisé en mobilité urbaine. De nombreux assureurs proposent des contrats adaptés aux engins personnels motorisés (EPM) tels que les trottinettes électriques ou encore les gyropodes.

Pensez à bien noter que certains utilisateurs peuvent être couverts par leur assurance responsabilité civile vie privée. Dans ce cas-là, vérifiez bien si votre contrat inclut une clause spécifique concernant les EPM et s’ils sont pris en charge en cas d’accident responsable.

Souscrire une assurance pour sa trottinette électrique peut se révéler très utile voire indispensable selon vos habitudes d’utilisation et la réglementation locale. En optant pour une offre qui correspond parfaitement à vos besoins ainsi qu’à ceux liés à votre modèle précis de machine, vous pouvez rouler sans conscience surchargée tout en profitant pleinement des avantages incroyables qu’offre cette pratique innovante et écologique !

Comment déclarer un sinistre avec une assurance trottinette électrique ?

Vous devez savoir comment déclarer un sinistre avec votre assurance trottinette électrique en cas d’accident. Il faut vérifier que le contrat souscrit comprend bien une garantie responsabilité civile qui couvre les dommages causés à des tiers lors de l’utilisation de la trottinette électrique.

En cas d’accident responsable, il faut contacter dans les plus brefs délais son assureur afin de lui signaler l’événement. Vous devrez ensuite fournir divers documents pour constituer votre dossier : constat amiable signé par toutes les parties impliquées dans l’accident, photos du lieu et des dégâts matériels éventuels ainsi que tous les justificatifs nécessaires (factures, devis…).

Si vous avez été victime d’un accident avec un tiers responsable identifié ou non identifié (par exemple si celui-ci a pris la fuite), vous devez contacter rapidement votre assureur et remplir un formulaire spécifique pour faire valoir vos droits.

Selon les termes de votre contrat, il peut aussi être possible d’être indemnisé en cas d’immobilisation forcée suite à une panne ou vol. Dans ce cas-là aussi, contactez immédiatement votre assureur pour obtenir tout le nécessaire au dépôt de la demande.

Notez aussi que vous devez respecter scrupuleusement toutes les obligations stipulées dans le contrat souscrit auprès de l’assureur concernant notamment la sécurité routière (port du casque obligatoire…). Effectivement, toute négligence pourrait remettre en cause la prise en charge des frais engagés suite à un accident.

Sachez que chaque assureur dispose de ses propres modalités pour déclarer un sinistre. Il est donc judicieux de bien se renseigner sur les démarches à suivre avant la souscription d’un contrat afin de gagner du temps et éviter toute confusion en cas d’accident.

à voir